Un blog sexo politico correcto

Cinéma, culture, violence et sexe

Récemment, je me faisais la réflexion suivante : si j’avais des amis et que je leur parlais du dernier film en date que j’ai vu au cinéma, ils m’écouteraient avec attention et intérêt ; en revanche, si j’avais des amis et que je leur parlais du dernier film en date que j’ai vu sur le web, ils m’écouteraient avec dégoût et rejet.

Récemment, je me faisais la réflexion suivante : si j’avais des amis et que je leur parlais du dernier film en date que j’ai vu au cinéma, ils m’écouteraient avec attention et intérêt ; en revanche, si j’avais des amis et que je leur parlais du dernier film en date que j’ai vu sur le web, ils m’écouteraient avec dégoût et rejet.

Pourtant, le dernier film que j’ai vu au cinéma, gigantesque cornet de popcorn dans les bras, c’est l’histoire d’un agent des forces de l’ordre à la poursuite d’un tueur en série sur Internet. Le tueur se montre de plus en plus cruel vis-à-vis de ses victimes et rejette la responsabilité de ses meurtres aussi sanguinaires que sadiques sur la société des médias. Parler en société de l’impact des images sur nos actions et rebondir sur la responsabilité des citoyens lambda quant aux choix quotidiens et d’apparence anodine est d’autant plus prenant que quelqu’un peut toujours ramener le sujet de la conversation à la responsabilité des conducteurs des trains qui transportaient les victimes des rafles anti-sémites aux camps d’extermination durant la Seconde Guerre Mondiale. Un sujet bien morbide qui ne semble pourtant pas toujours plomber l’ambiance d’une soirée.

En revanche, si je fais état de ma dernière découverte en matière de film trouvée au hasard de mes clics sur le web, on risque de me mettre rapidement à l’écart. La vidéo ainsi découverte montre une jeune femme se masturbant durant sa période de règles après avoir probablement ingurgité de l’aspirine pour se barbouiller les mains et les cuisses de sang aussi visqueux que gluant choque terriblement plus que les dizaines de millions de morts de toutes les guerres du monde réunies. On évitera de rebondir sur la responsabilité des Internautes et l’impact des images sur la vie au quotidien.

Alors ma question est simple : pourquoi ? Est-ce parce que personne de l’assistance n’a jamais tué personne ou n’a jamais conduit de train, pouvant alors enfoncer des portes ouvertes sans craindre de passer pour ridicule ou se faire juger, alors que chacun a joué à des jeux sexuels malgré la période rouge, sans pour autant l’assumer, préférant exprimer un dégoût officiel, plutôt que d’argumenter ?

La violence serait-elle mieux assumée dans notre société que la sexualité ? Est-ce pour autant normal qu’un acte exceptionnel soit mieux toléré qu’un acte banal ?


Réactions des lecteurs

Il y a 7 réactions pour l'article Cinéma, culture, violence et sexe.

Progs a écrit le 12 mars 2008 à 9:27 :

ralphy

Le premier film est une fiction (même si il a un vrai rapport avec la réalité) qui parle une énième fois d’un sujet à la mode alors que le second est (sauf si j’ai mal lu) une vidéo réelle traitant d’un sujet tabou.


OSS169 a écrit le 12 mars 2008 à 10:23 :

ralphy

Je suis du même avis que Progs, la facette importante qui cause cela est le coté réel (quoique tu ne metteras pas mal à l’aise si tu leur parles de la dernière vidéo réelle d’une personne faisant un cocktail mentos-coca) plus le coté sexuel, et là d’autant plus le coté tabou des règles.


Enzo a écrit le 12 mars 2008 à 10:29 :

ralphy

Ce tabou semble vraiment culturel (quand on compare à l’accueil de pratique tel que la sodomie) : http://www.vingtenaires.com/2012/08/23/et-toi-cest-quoi-ton-klout/


ralphy a écrit le 12 mars 2008 à 13:47 :

ralphy

Réel contre virtuel ? Serait-ce le seul problème ? Tous les mardis soirs, je regarde Faites entrer l’accusé, une émission consacrée à des faits divers, essentiellement des crimes de sang. Je peux en parler à mes amis sans passer pour un psychopathe tueur en série, même si c’est de réalité dont je leur parle, et que certains faits divers dépassent la plupart des fictions que j’ai pu voir par ailleurs, en termes d’horreur.

Bref, je pense vraiment que le problème du sang criminel et du sang menstruel est un problème culturel, celui de la violence contre le sexe, où, dans notre société, il est plus admis de parler de violence et de la banaliser que de parler de sexe et de le banaliser. Le sexe est tabou.


OSS169 a écrit le 12 mars 2008 à 17:02 :

ralphy

non ce n’est pas le seul prob, c’est l’ajout de plusieurs : sexe + réel + (éventuellement) sang.
si tu avais raconter la derniere vidéo sexe que tu avais trouvé sur le net, tu aurais pu avoir la mm réaction « dégoût et rejet ».

si tu avais raconter la derniere vidéo scatophile que tu avais trouvé sur le net, idem.
si tu avais raconter la dernière vidéo avec les règles d’une nana, sans que ce soit sexuel, idem.
et il est fortement probable que si tu avais raconter la dernière vidéo ultraviolente réelle (tortures, etc), il y aurait eu une réaction similaire.

en fait si tu regardes un documentaire sur la violence, tu es un gars bien, si tu regardes une vidéo sur le net sur la violence (non documentaire), tu es un psychopathe ;)


ralphy a écrit le 12 mars 2008 à 17:06 :

ralphy

OSS169, tu veux dire que c’est la source qui pose problème ? Ainsi, si je parle dans un dîner mondain d’un film sur la sexualité ou le sexe sur une chaîne de télévision nationale réputée, je passerai pour un homme cultivé, alors que si je regarde le même reportage en VOD, je passerai pour un obsédé sexuel ?

Ce serait donc la notoriété de la source qui jouerait pour juger de ma personne ?


OSS169 a écrit le 13 mars 2008 à 16:04 :

ralphy

Non, c’est l’adjonction de plusieurs facteurs.
Mais la source est évidemment un facteur (mm s’il s’agit uniquement d’un facteur cosmétique et non intrinsèque).
Si tu dit que tu as vu cette vidéo amateur sur YouPorn ou si tu dit que tu l’as vu dans le cadre d’un documentaire sur Arte, tu ne produiras pas le mm effet !


Réagir à cet article

Tchat

Discutez en direct sur ce tchat gratuit où vous pouvez vous exprimer à loisirs, dans un français correct, dans le respect des autres et des lois en vigueur.

Vocabulaire

Les définitions suivantes vous aideront à mieux comprendre l'article ci-contre :

Amitié : Relation sentimentale réciproque et désintéressée entre plusieurs individus sans lien de parenté.

Mort : En biologie, la mort est l'arrêt définitif des fonctions vitales d'un système vivant ou l'état de ce système après cet évènement.

Sexe : Le sexe désigne l'appareil reproducteur (pénis, vulve) ; qualifie le genre sexuel (mâle, femelle) ; se réfère à la sexualité en général.

Abonnement

Ne ratez plus aucun article de Les perles du chat en vous abonnant gratuitement aux flux d'information du site :

Articles (flux RSS)

Commentaires (flux RSS)

De plus, vous pouvez suivre l'actualité de Les perles du chat en temps-réel sur Twitter.

Par ailleurs, vous pouvez discuter en temps-réel sur le tchat gratuit de Les perles du chat avec les autres visiteurs du site.

  • Catégories

  • © 2004-2019 Les perles du chat • Tous droits réservés • Informations légalesConfidentialitéGlossaire du tchat