Un blog sexo politico correcto

Menaces de procès

Se désabonner d’un site de rencontres

Champ de recherche d'un site de rencontres

Certains chefs d’entreprise affirment qu’ils lisent avec beaucoup d’attention les plaintes de leurs clients. Cela leur permet, affirment-ils, de déceler les défauts de fonctionnement de leurs entreprises afin de mieux satisfaire les besoins et les attentes de leurs clients. Certes, Les perles du chat n’est pas une entreprise. Néanmoins, en tant que responsable du site, je lis tous les messages qui me sont adressés au travers de ce site. Y compris (surtout ?) les menaces de procès.

Ce soir, j’ai reçu un email menaçant de la part d’un visiteur manifestement mécontent :

je vais ecrire a un avocat si je ne peux me desabonner

Dans un premier temps, je me suis dit que cet abonné par email aux flux RSS du site avait du mal à cliquer sur le lien de désabonnement apparaissant pourtant sur chaque email reçu. Le désabonnement implique deux étapes : cliquer sur le lien fourni au bas de chaque email envoyé pour ouvrir la page de désabonnement, puis cliquer une dernière fois pour valider le désabonnement. Simple, non ? Certes, actuellement, ce lien de désabonnement apparaît en anglais (tout comme la procédure d’abonnement cela dit en passant). Mais après avoir cherché en vain son adresse dans la base de données des abonnés, je me suis davantage penché sur son message dont l’objet était pourtant fort explicite :

me desabonner de [un site de rencontres]

Je devine qu’en réalité, mon interlocuteur est tellement pressé de quitter ce fameux site de rencontres (qui, cela dit en passant, considère chaque abonnement comme récurrent et cache abusivement la procédure de désabonnement la rendant inintuitive et volontairement pénible à compléter ; je parle d’expérience personnelle !) qu’il a manifestement cherché la solution à son problème sur un moteur de recherche qui l’a conduit sur mon tutoriel explicatif. Trop fatigué, après tant d’efforts, au lieu de lire mes conseils, le personnage a préféré me menacer d’un avocat. Tant qu’à faire, tiens !

Aussi, je me devais de répondre à ce visiteur d’infortune :

Bonjour,

Vous allez écrire à un avocat si vous ne pouvez pas vous désabonner de [un site de rencontres] ? En quoi cela concerne-t-il le site Les perles du chat dont je suis le responsable légal ? Je vous invite à contacter [ledit site de rencontres] pour vous désabonner de [ce même site de rencontres]. Je pense que vous aurez bien plus de chances d’y parvenir !

Cordialement,
Ralphy
http://blog.lesperlesduchat.com

PS : Passez le bonjour de ma part à l’avocat à qui vous déciderez d’écrire…

Dites-moi ! Pourquoi diable les gens mettent leur cerveau au placard quand ils se connectent sur Internet ? Vous viendrait-il à l’idée de menacer votre boulanger de procès s’il ne cessait pas immédiatement votre abonnement à un magazine de télévision ? En quoi Internet est-il différent de… la vraie vie, dans ce domaine ?

Crédit images : Penny Mathews


Réactions des lecteurs

Il y a 6 réactions pour l'article Menaces de procès.

Frédérique a écrit le 27 juillet 2007 à 1:25 :

ralphy

En quoi Internet différent de la vraie vie ? Différent du fait qu’on a absolument pas à y assumer ses actes, à regarder en face la personne à qui l’on parle. On écrit des mails de réclamation sans vérifier si c’est bien à la bonne personne que l’on écrit, comme on zappe les personnes auxquelles on s’adresse. On ferme, on bloque, on vire, la formule est de moi, j’aime les rythmes ternaires. La vie virtuelle a de fortes similitudes avec la vie réelle, mais on y perd ses « principes moraux » bien plus facilement, et on y a pas de retombées. Enfin, si, des fois on a des retombées pour des choses dont on est pas responsables, les menaces de procès en question par exemple !


ralphy a écrit le 27 juillet 2007 à 7:42 :

ralphy

Frédérique, il est tout de même incroyable que des individus majeurs (il faut l’être pour s’inscrire sur ledit site de rencontres) considèrent comme sans conséquence leurs actions sur Internet. C’est comme si Internet était un monde parallèle, sans loi ni morale, dont le lien avec le monde physique est un écran d’ordinateur, un clavier, une souris et sa carte bancaire ?

Remarque, l’absence de valeurs morales se retrouve dans d’autres situations d’Internet. Ainsi, alors que l’on pouvait aisément qualifier de pervers un individu dévoilant son intimité à des gens qui n’ont rien demandés, il est fréquent sur les tchats que des hommes recherchent des femmes pour leur exposer leur organe sexuel par webcam, y compris lorsque celles-ci n’ont rien demandé. Cela m’est déjà arrivé à titre personnel ou un parfait inconnu s’étant incrusté dans ma messagerie instantanée n’a rien trouvé de mieux que de m’exposer son intimité sans crier gare, sans même se préoccuper de mon sexe ou de mon âge…

Encore une fois : pourquoi certains individus mettent-ils leur cerveau au placard quand on se connecte sur Internet ? Si la raison en est, comme tu le suggères, une disparition de valeurs morales et un sentiment d’impunité, quelle en est donc l’origine ?


Frédérique a écrit le 27 juillet 2007 à 14:01 :

ralphy

Comme si Internet était une sorte de monde parallèle… J’aurais tendance à dire que c’en est un peu un, la preuve étant que certains s’y enferment, y restent isolés, dans ce monde virtuel. Un monde parallèle qui se croise avec le « réel », on parle avec ses amis sur le Net, on rencontre ses contacts et on les voit en face.

Sans loi ni morale, et bien certains le considèrent sûrement. Ah les chats… Cela t’est arrivé à titre personnel comme ça arrive sûrement à pas mal de personnes ayant laissé leur mail déposé quelque part. Et quand on est une jeune fille pas trop vieille comme cela est mon cas, encore plus fréquemment probablement. Et sur les chats, n’en parlons pas, j’aurais tendance à dire que le fait que la personne en face ne veuille pas s’exhiber la présente un peu comme l’aiguille dans une botte de foin. On peut y rencontrer des tas de gens sympathiques sur les chats, mais c’est vraiment pour moi l’image de la botte de foin.

Pourquoi, quelle origine ? Le fait qu’il suffit de tout éteindre pour oublier. La petite croix en haut à droite. On ferme, on éteint, on oublie. On s’essuie la main, on retourne embrasser sa femme alors qu’on vient de s’exposer à n’importe qui la minute d’avant, et tout cela est fini. Je caricature, bien entendu.
Facilité, simplicité… On oublie sa timidité sur les chats, on ose y parler de choses dont on rougirait peut-être avec son interlocuteur en face de soi, et on ne se gêne pas pour « abuser de sa personne ».
Sur ce, mes invités arrivent.


Natacha a écrit le 27 juillet 2007 à 21:03 :

ralphy

Je confirme, internet est bien un monde parallèle, qui est régi par des règles différentes que le monde réel, au moins dans mon cas.

La différence, c’est qu’au lieu de mettre au placard mon « cerveau », ou disons plutôt la partie rationnelle de mon esprit, c’est une partie irrationnelle que je laisse au placard. Une partie irrationnelle composée de timidité, d’angoisses devant les relations humaines, de troubles de l’élocution, de traumatismes non-résolus et de complexes sur mon physique et de paniques à l’idée d’être à proximité d’un autre homo sapiens sapiens.

Bref, on pourrait dire qu’en entrant dans le monde d’internet, je laisse derrière moi (presque) tout ce qui m’encombre dans le monde réel ; et ça ne me surprendrait pas que les gens qui laissent leur intelligence derrière eux aient exactement la même démarche. Donc quelque part je ne vaux pas mieux qu’eux.

Comme le chantaient si bien The Offspring dans Something to Believe In :

If you take home anything
Let it be your will to think


Je suis menacé de poursuites a écrit le 4 octobre 2010 à 20:21 :

[…] du moins ce qui a dû se passer pour cette femme que la lecture de mon précédent billet sur les menaces de procès absurdes — c’est en effet par un commentaire laissé sur cette page qu’elle a tenté de […]


Une inconnue me réclame le rétablissement de son blog a écrit le 26 novembre 2010 à 9:00 :

[…] folle qui confond un moteur de recherche avec son propre cerveau.Vous le savez, je reçois plein de menaces de procès des plus absurdes, sur Les perles du chat. Enfin « plein » n’est peut-être pas […]


Réagir à cet article

Tchat

Discutez en direct sur ce tchat gratuit où vous pouvez vous exprimer à loisirs, dans un français correct, dans le respect des autres et des lois en vigueur.

Vocabulaire

Les définitions suivantes vous aideront à mieux comprendre l'article ci-contre :

Abonnement

Ne ratez plus aucun article de Les perles du chat en vous abonnant gratuitement aux flux d'information du site :

Articles (flux RSS)

Commentaires (flux RSS)

De plus, vous pouvez suivre l'actualité de Les perles du chat en temps-réel sur Twitter.

Par ailleurs, vous pouvez discuter en temps-réel sur le tchat gratuit de Les perles du chat avec les autres visiteurs du site.

  • Catégories

  • © 2004-2019 Les perles du chat • Tous droits réservés • Informations légalesConfidentialitéGlossaire du tchat