Un blog sexo politico correcto

Sexo : Masturbation et sodomie, témoignage d’un homme hétéro

La masturbation anale racontée par un homme hétérosexuel. La sodomie comme vous ne l’avez jamais lue !

E-mail : Témoignage sur la sodomie

Témoignage d'un homme hétérosexuel sur la masturbation anale.

Bonjour ralphy,

J’ai lu tes articles sur la sodomie, et j’aimerais te faire part de mon témoignage sur ce sujet.

Hétérosexuel, je suis un homme dans la vingtaine bien entamée, sans tabous, mais sans pour autant de fantasmes très originaux. En ce moment célibataire, ma vie sexuelle habituelle ne sort pas réellement des sentiers battus. Néanmoins, je suis tout de même intéressé par de nouvelles sensations, dans le respect et le consentement mutuel. Je vois dans la nouveauté des plaisirs sexuels un moyen d’éviter la monotonie liée aux habitudes qui s’installent et qui tue le désir. Bref, j’aime le sexe, sans prétendre en être un expert.

J’ai pratiqué la sodomie avec mon (ex-)copine. Elle m’avait avoué que son ex(-copain) n’y avait que très exceptionnellement droit. A vue d’oeil, un rapport sexuel sur quatre environ était l’occasion de pratiquer le plaisir anal. Et du plaisir, il y en a eu pour tous les deux !

Il faut dire que j’aime caresser le sexe d’une femme, et la tentation est parfois grande de déraper sur l’anus en se promenant sur le périnée, en écartant légèrement — parfois généreusement — les fesses ou les grandes et petites lèvres, bref, explorer ces zones érogènes des doigts est un plaisir dont je ne me lasse pas. C’est simple : mes doigts ont un sens du toucher plus fin que mon sexe. Aussi, au plaisir sexuel fourni par l’excitation de la relation intime s’ajoute celui de découvrir le corps de l’autre.

Et quel corps ! Entre les poils du pubis, tantôt courts, tantôt plus longs, rasés, coupés aux ciseaux ou tondus à la tondeuse, les petits poils discrets apparaissant sur les grandes lèvres, sur le périnée jusqu’à l’anus, la peau tendue des fesses, des cuisses généreuses, tantôt fermes, les muscles bandés, ou douces, les jambes abandonnées au plaisir de laisser son corps exploré par celui qui s’y risque…

J’aime jouer aux explorateurs aventuriers ou aux guides touristiques découvrant des paysages aussi variés dans cette zone aussi somptueusement érogène. Commenter la sensation de mes doigts et ainsi voir apparaître un sourire de plaisir de ma partenaire, l’entendre respirer doucement, puis profondément, ne pouvant s’empêcher d’inscrire un sourire béat sur ses lèvres est une source de plaisir raffiné dont je ne me suis pas encore lassé. Mais je m’égare…

J’ai ainsi eu la joie de masser l’anus d’une jeune femme magnifique, d’une délicatesse rare et initialement peu intéressée par cette zone visiblement trop peu explorée. Par des caresses délicates, discrètes, non insistantes, par une approche de confiance sur plusieurs semaines, par des dérapages de ma langue, s’égarant parfois de la zone du cunni, par une écoute permanente du langage de son corps, nous avons réussi à franchir une étape que nous n’avons jamais regretté : celui du doigt qui s’enfonce doucement dans l’antre secrète.

Une excitation importante se doit précéder un quelconque attouchement anal. Ainsi, des préliminaires langoureux sont plus que bienvenus, pour le plus grand plaisir des deux partenaires. Un massage doux, puis insistant doit veiller à ce que les doigts soient en permanence correctement lubrifiés, afin de ne pas irriter la muqueuse de l’anus. Un premier essai, pour tester la résistance du sphincter, doit permettre de rassurer sa partenaire, de lui montrer qu’on s’apprête à la pénétrer. Cet essai se doit d’être la prolongation des caresses, et le doigt, dont la pointe ne fait qu’entrouvrir l’anus, doit se retirer doucement pour poursuivre le massage doux et agréable précédemment entamé. La partenaire bien détendue, lui demander si elle autorise le début de la pénétration par un chuchotement complice au creux de l’oreille. Sa réponse, qu’elle soit verbale ou gestuelle, doit être prise en compte sans jugement aucun.

Si la partenaire est réticente, il est nécessaire de lui faire comprendre que ce refus n’a aucune conséquence de votre désir pour elle. Que votre relation sexuelle peut être pleinement satisfaisante sans y inclure la pénétration anale. C’est indispensable pour établir un lien de confiance, et éviter un braquage difficilement rattrapable par la suite, de votre partenaire.

Si au contraire, elle vous fait comprendre son désir de vous laisser la pénétrer « par derrière », vous pouvez de nouveau tenter d’insister sur le massage de ce petit trou que l’on rêve voir plus détendu. Le doigt bien lubrifié, que ce soit par un apport de salive (laissez couler la salive de votre bouche sur son sexe, puis couler vers son anus… la différence de température et savoir que ce fluide vient de votre bouche devraient ravir votre partenaire, la rassurer sur la douceur que vous témoignez envers elle) ou en allant chercher le lubrifiant dans son vagin certainement moite, un doigt agile peut entamer une pénétration lente et douce, sans brusquer les choses, afin de franchir la barrière du sphincter qui garde jalousement l’entrée de cet orifice.

Une pause s’impose, le temps à cette zone de s’habituer à ce corps étranger et épouser parfaitement ses formes, sans aucune douleur. Un très léger va et vient devrait permettre de détendre davantage cette zone et faire plaisir à votre partenaire, rassurée par des mots doux et chaleureux. Et de la chaleur, dans cette zone, il y en a ! Et cela contribue à continuer l’exploration de cette zone souvent méconnue. Le doigt peut maintenant s’enfoncer un peu plus, très doucement, en écoutant les réactions de votre partenaire, sans hésiter à s’arrêter, ou à reculer (très) doucement.

Le doigt ainsi entièrement enfoncé, il ressent le second sphincter le serrer, et se détendre. Une pause s’impose. Un va et vient très doux et très léger peut alors commencer pour le plaisir de chacun. Lorsque votre partenaire est pleinement détendue par cette masturbation anale, il devient possible d’envisager la pénétration du dans cet endroit trop souvent interdit.

Le gland doit s’enfoncer tout doucement, précédé de caresses anales sans négliger le sexe de sa partenaire, en particulier le clito. Le gland entièrement enfoncé, une pause peut être nécessaire, celui-ci étant plus gros qu’un simple doigt. Caresser les fesses, le ventre ou la poitrine, embrasser sa partenaire si la position le permet et lui dire des mots doux aide à garder désir et garantir le plaisir des deux partenaires.

Le peut ensuite s’enfoncer doucement jusqu’à sa profondeur maximale, marquer une pause, puis entamer des va et vient lents, puis de plus en plus soutenus. Hmm… quel bonheur que de ressentir cette étreinte permanente sur son sexe ! Quel plaisir que de voir son sexe disparaître, puis réapparaître par cet orifice initialement non prévu à cet effet !

Mais voilà… Je le savais, tout cela. Quelque chose me manquait : que ressent-on quand on se fait sodomiser ?

J’avais déjà essayé de me masturber l’anus (une zone érogène chez les deux sexes, je le confirme !), et même d’y enfoncer mes doigts. Mais je dois avouer que cela ne m’a jamais permis de ressentir d’orgasme, tel que décrit ci et là : le point G chez l’homme serait la prostate.

Aussi, l’autre jour, après avoir visité ton blog, j’ai sorti un objet dont la forme phallique et les dimensions se rapprochaient le plus de mon propre : un concombre. Plutôt épais, un peu plus épais que mon sexe, et long — deux fois plus long ? –, donc facile à tenir et à manipuler, j’ai entrepris de m’en servir pour explorer les sensations que je n’avais pas encore découvertes.

Après un passage aux toilettes (afin d’éviter toute surprise), nu, propre, j’entammai de préparer mon anus à recevoir cet objet. L’objet de forme phallique était enrobé d’un préservatif sur plus de la moitié de sa longueur, et très abondamment lubrifié. Un rapide massage, un peu (euh… beaucoup !) de lubrifiant (en fait, lors de cette séance, le tube entier y est passé), je m’agenouillai pour entamer la pénétration. Me cambrant afin de dégager le passage, écartant les fesses, je rapprochai mon anus de l’objet aux formes phaliques. Touché. Coincé entre le sol et mon orifice anal, tenu d’une main ferme, j’entamai la pénétration. Dur ! Très dur ! Ca fait mal. Me serais-je trompé d’endroit ?! Un doigt vérifia la position de l’objet, s’enfonça dans les ténèbres, ressorti aussitôt : le passage était trop étroit. Une lubrification additionnelle vint au secours de deux doigts tentant de s’enfoncer et écartant le passage. Un massage pas du tout désagréable, tout au contraire ! L’objet phallique pouvait donc reprendre du service.

Je coinçai de nouveau le artificiel entre le sol et mon anus. J’entamai la descente… tout doucement. Ecartant mes fesses et mon orifice avec les doigts, l’objet de mes convoitises s’enfonça de un, puis de deux centimètres. Une douleur atroce, un mal de chien. Je reculai la source du mal, puis essayai une nouvelle tentative. Quelle douleur et quel plaisir à la fois de sentir son anus ainsi « déchiré » ! Je me branlai le sexe en insistant sur le gland pour détourner mon attention de la douleur et me concentrer sur le plaisir. Mais trop, c’est trop : j’ai du me résoudre à ressortir l’objet de mon derrière. Posant le pouce contre mon anus, je le retirai tout doucement. Le pouce m’indiqua la profondeur : près de la moitié de mon réussit à s’enfoncer… Je continuai à me branler.

Une douleur atroce, mais un plaisir fou. J’essayai de nouveau.

Enfoncer jusqu’à la profondeur précédente se fut désormais sans mal. Je pensais avoir eu mal. Ce n’était rien ! Quand il fallu enfoncer au-delà l’objet de mes désirs, ce fut atroce ! Mais en même temps, une sacré excitation me poussait à persévérer. Aussi, je me baissai davantage pour enfoncer le phallus improvisé dans mon cul. Ma bouche s’ouvrit de douleur et de plaisir. Mon souffle fut entrecoupé de légers gémissements, ma main libre s’occupait d’exciter mon sexe, contribuant ainsi à l’excitation générale. Je me relevai un peu, pour retirer quelques centimètres, puis enfonçai de nouveau, m’arrêtant cette fois tant la douleur était présente.

C’est étonnant, cette sensation de souffrance et de plaisir à la fois. Cette impression de transgresser un tabou, et de se faire plaisir en même temps, de ressentir des sensations jusque là inconnues.

Quand la douleur s’estompa, mon derrière s’habituant à ce corps étranger, j’entamai un lent et doux va et vient, tout en continuant à caresser mon gland. Un plaisir immense accompagnait ces mouvements. Etonnamment, bien qu’en l’absence d’orgasme, je vis mon sperme couler par un flux léger, mais continu. Je compris : je venais de réussir à stimuler la prostate… Je sortis l’objet de mon derrière, et terminai par une masturbation pour une éjaculation normale…

Pfiou, quelles sensations ! Douleur, plaisir, excitation liés à la transgression d’un tabou, à la découverte d’une nouvelle pratique, à la sensation de comprendre enfin ce que pouvait ressentir une femme lors d’une pénétration (ne serait-ce qu’anale) et au plaisir purement charnel… à refaire !

Messieurs, essayez. Vous comprendrez sans doute mieux les réticences, les craintes et le plaisir de votre partenaire ?

Pfiou ! Du coup, ça me donne envie d’essayer ça avec une copine munie d’un gode… Donnant-donnant ? :-)

Félicitations pour ton blog,
Anonyme.


Réactions des lecteurs

Il y a 25 réactions pour l'article Sexo : Masturbation et sodomie, témoignage d’un homme hétéro.

une demoiselle a écrit le 30 octobre 2004 à 19:32 :

ralphy

bonjour, je voulais juste dire que j’ai beaucoup aimé le texte de l’autre inconnu et j’ai trouvé que s’était très bien dit. Je reconnais mon couple dans cette histoire. Dans son histoire c’est la mienne que je vois et vous allez rire mais juste le fait de lire quelques passages qu’il a dit j’ai ressenti des frissons….Bref je voulais juste mentionné que l’inconnu m’a troublé par son texte. Et encore merci a Ralphy de parler de ce grand tabou sur son blog en espérant que a force d’en discuter le tabou tombe!!!


Cacahuète a écrit le 30 octobre 2004 à 21:00 :

ralphy

La lecture de ce texte et du premier commentaire, me laisse très perplexe,…Je dois lire trop d’Agatha Christie en ce moment, ou alors la parano me joue des tours,…mais certains détails me titillent un peu l’esprit.Soit, en tout cas le texte est très,… érotique,… dirons-nous. ;))


°) a écrit le 30 octobre 2004 à 21:16 :

ralphy

J’en suis baba!!!


soledad1 a écrit le 30 octobre 2004 à 21:46 :

ralphy

J’aurais bien dit « hé ben put… », mais je vais faire comme le commentateur précédent, je me contenterais d’un « j’en suis baba » ;-)


bettyboop a écrit le 30 octobre 2004 à 22:43 :

ralphy

je viens te faire un commentaire, ce qui est rare de ma part, mais je viens toujours lire tes postes!!! Mais je crois qu’on a un petit probléme tout les « deux »!! Ben voilà en sillonnant le forum des blogs que je vais rarement d’ailleurs, j’ai vue un commentaire avec mon pseudo et mon avatar, mais ce n’est pas moi qui est marquée cette note, car je n’aurais pas été si malhonnête…. Je ne voudrais pas que tu croivent que je t’agresse alors que c’est pas moi si ca commence comme ca jusqu’ou ca va allée!!Toujours pour ma pomme des trucs pareils sabine


ralphy a écrit le 31 octobre 2004 à 2:24 :

ralphy

Si vous aussi avez des histoires à raconter, des témoignages que vous souhaitez partager, n’hésitez pas à m’en faire part sur le chat, ou encore par e-mail. :-)


angélique a écrit le 31 mai 2005 à 15:53 :

ralphy

vraiment très impréssionnant……..

Texte très bien écrit, c’est super d’avoir d’aussi bon témoignage.


moumou a écrit le 12 juin 2005 à 18:30 :

ralphy

je vous dis en toute franchise ,vous le vouliez ou non ,je sais bien ke vous savais bien ke cet idee de la sodomie et pa quelque chose de nouveau ,et je parle de tous ces fantasme qui se font inabituellement ,,dans l’histoire encienne on connais ces fantasme des la religion et on sais ils sont du a koi exact ,c le diable en personne qui gere ca dans nos finfond,,,et nous on a ceder a ces ordes et on sais tresbien ke c’est lui le meneur du jeu ,,mais malereseme »nt on a pa la forte personalite ( croyance de dieu) mais mettez bien dans votre tete k’il ya une fin et c tres proche pour tlm et je suis pa un fanatic ou un ignorant mais je suis simplement quelquin ki ve sauvé quelque etre humain des manipulation des diable ,, le dieu a creer la sexualite tel quelle est propre avec amour respect et contact sirituelle ,, et arc de se comporter avec le partenaire ,,,, ne vous laisser pas enporter par ce diable ki vous feras une place a l’enfer ;;,, excuse mon francais je suis pa tres francophone,,,, ke dieu benisse tous les croyants et croyantes …. je m’appelle madjid , je suis musulman,,pas tres pratiquant mais je fais le nécéssaire,,,je vous jure ke c un msg du fond du coeur et g aucin interet,,,,, bon courage


ralphy a écrit le 12 juin 2005 à 18:42 :

ralphy

Dieu a créé la sexualité pour qu’on ne puisse pas y toucher ? En quoi la sodomie serait-elle diabolique ? En quoi la sodomie serait-elle sale ? Pourquoi la sodomie ne pourrait être faite avec amour ?

Note que si la Bible fait référence à la ville de Sodome, d’où est tiré le mot « sodomie », c’est pour ses mœrs perverses, mais la sodomie en tant que telle n’y est pas citée en tant que telle.


sheepyr a écrit le 12 juin 2005 à 20:15 :

ralphy

On n’est pas là pour se faire engueuler
On est v’nus essayer l’auréole
On n’est pas là pour se faire renvoyer
On est morts, il est temps qu’on rigole
Si vous jetez les ivrognes à la porte

Il doit pas vous rester beaucoup d’monde
Portez-vous bien, mais nous on s’barre
Et puis on est descendus chez Satan
Et là-bas c’etait épatant!…


Anonyme a écrit le 31 août 2008 à 11:37 :

ralphy

Bravo !!! Je suis aussi hétéro et j’ai moi aussi essayé la sodomie avec un concombre !! (Pour les initiés circonférence 15cm) Je me disais que ça ne rentrerai jamais mais alors jamais (Au vu de la taille de mon propre sexe c’est vraiment plus gros) Mais après une préparation de mon anus pendant 7 à 8 minutes avec une carotte (circonférence 10cm) et beaucoup de vaseline , le plaisir fut vraiment intense , très intense à l’introduction de ce concombre et les va et vient très lent au départ et de plus en plus rapide (éjaculation sans masturbation c’est pour vous dire !!) m’ont comblé de plaisir.
J’en ressort troublé ……..Je recommencerai et si le plaisir est aussi bon , je tenterai un rapport anal un vrai cette fois .
Hallucinant, première fois pour moi à 37 ans et une vie sexuelle hétéro bien remplie…..Comme quoi rien n’est jamais acquis !

Un anonyme .


benoit59 a écrit le 1 septembre 2008 à 15:06 :

ralphy

j’ai également essayé la sodomie depuis longtemps.
Le plaisir que j’ai quand je monte et descend sur un phalus, de + en + gros, artificiel (Malheureusement) est quelque chose d’extraordinaire et mon orgasme est alors décuplé par une masturbation très légère.
A quand le jour où un homme ou une femme pourra prendre la place de cet artifice? et à quand le jour où je pourrai rendre cet orgasme à une autre personne?
benoit


Paul a écrit le 16 novembre 2008 à 16:23 :

ralphy

Je pratique la masturbation anale depuis plusieurs années et cela me permet d’avoir des orgasmes très intenses avec un toucher sur la prostate avec un ou deux doigts. Je mouille énormément en me masturbant l’anus. Je conseille à tous les mecs de le faire sans arrière pensée car c’est une jouissance hors du commun.

Je n’ai pas essayé avec un concombre mais pourquoi pas ? ca doit faire jouir sans se branler le sexe vu la taille de l’engin.


xxxxx a écrit le 7 janvier 2009 à 7:09 :

ralphy

moi je le pratique avec ma femme lors de félation ou de rapport et je pe vous dire que le mélange et explosif voir ingérable , tellement que defois je suis obligé de lui dire d’arreté car sa fais monté la sauce trop vite .  j’en suis venu a pratiqué par le billet de ma femme qui en me fesant une fellation un soir etait déscendu en dessou de mé boule puis pour finir sur mon anus avec sa langue ( je pe vous dire que bien fais et bien propre bien sur , c excepsionnel , sa ma boulversé ) puis voyant que cela ne me dérangé pas (au contraire gt a blok) elle se mi a tilillé ,caréssé du bout des doigts , pour finir elle y introduit le bout du petit doigt et je peu vous dire que rien qu’avec sa, ce soir la ce fu une fellation que je n’oublirai jamais . Aujourd’hui on pratique sa régulierement ( 2 a 3 fois par mois ) parfois elle le fais manuellement  et d’autre fois avec des sex toy , avec ou sans annulingus sa varies , sa a changé radicalement la sexualité de notre couple .    Je tien a précisé que je suis hétéro (défois mm un peu matcho au dire de ma femme) g  25 ans que sa fais 5 ans que je suis avec elle  (on va ce marié ) que la premiere fois c’était au milieu de la    2eme  année , que je pratique aussi la sodomie sur elle , c’est une femme formidable (je l’aime!) que nous ne somme pas extravagant sexuellement plutot réservé au yeux des autres ( je pense mem qu’ils ne imagineraient pas sa de nous vous non plus d’ailleur!)  et que contrairement a  d’autre pratiquant ( sans aucune mauvaise pensé ) je n’ai jamais révé a la chair d’un vrais penis et pour tous vous dire au début que sa a commencé , après avoir éjaculé a la fin , je ressenté souvent une certaine gène , je trouvé sa pas normal (toujour après coup bien sur!) je culpabilisé et puis au fil du temps après moulte dialogue avec ma femme , cette gène disparue , aujourd’hui pour ma femme comme pour moi cela fais partie intégralement de notre sexualité , comme si ct normal, sans gène ni regré , on profite de la vie .


Shepard94 a écrit le 28 juillet 2009 à 23:46 :

ralphy

Salut, sympatique témoignage!! Je pratique moi-même régulierement la sodo avec un concombre ou une courgette^^ mais j’utilise des tres gros diametres du genre 2 à 3x l’epaisseur d’un sexe masculin (je commence par du plus petit bien entendu). Sous la douche aussi c’est pas mal en s’envoyant de l’eau chaude sur l’anus en même temps…


anemonerosepanouie a écrit le 5 août 2009 à 1:15 :

ralphy

Je fantasmais depuis longtemps sur l’envie de prendre entre mes lèvre la hampe d’un poney et de gouter sa semence au gout si particulier, c’est chose faite à mon plus grand bonheur,le gland est doux et la fente larce, j’y ai profondément introduit la langue jusqu’à ce qu’il m’éjacule dans le palais, hum! c’était bon chaud, amer, l’arome d’oseille/rubarbe et abondant il me ressortait par la commissure des lèvres, je l’ai avalé jusqu’au bout, 8 à 10 cl, je me le suis enfoncé ainsi dans le palais sur 15 cm, mais je n’ai pas pu aller plus loig à cause de la proéminence, cela à été délicieux, j’ai continué après la chutte de l’érection car j’en avais tellement envie et je voulais en avoir une 2ème ration mais elle n’est pas venue me combler à nouveau, toutefois j’en garde un merveilleux souvenir, et je le referais quand cela se présentera à nouveau sans ésitation, j’aimerai bien ausi être pris en levrette, mais j’ésite encore un peut, il me faudra au préalable me faire élargir la rosette avec un gode ou le spéculum car il est de bonne taille, 7 ou 8 cm au gland et la hampe jusqu’à 20cm ça va mais après…. il faudra me vider le tub de vaseline dans l’anus, je n’ose pas vraiment et le va et viens de la taille d’une bouteille de bordeaux je n’ai pas encore d’experience , bien que j’ai vu quelques D.V.D. mais c’était des brésilliennes, dabord dans le vagin puis l’anus je vais tenter dabord avec un gros gode puis une main, et les deux ensuite si ça se passe bien on verra pour la taille au dessus, je me fais bien double sodomiser mais pas encore avec desT.T.B.M. Aprés si je passe le poney je pourrai me faire tirer par deux T.T.B.M. et surtout une 3ème en gorge profonde, car ça aussi c’est super quand il t’éjacule au fond du palais et que la semence te remonte jusqu’à la langue lors du retrait, les aromes se maintiennent plus longtemps dans la bouche, la senssation du pénis qui gonfle juste avent de se vider, et qui te remplis le palais, les joues et le gland dans le fond de la gorge puis le sperme tiède qui te remplis le larinxe et suinte pour rejoindre l’eusofage ça aussi c’est une senssation d’amour homo particulière, surtout quand je suis pris en sandwisch par deux pénis qui vont et viennent il est néssèssaire de pouvoir en avoir une en bouche pour pallier au halettement du à l’effort soutenu que je fourni en accompagnement sur le partenaire, sur lequel je suis assis, c’est une senssation sexuelle forte qui dure parfois 8 à 10 mn avent que l’un des deux jouisse ou les deux enssembles, et c’est pourquoi j’ai un abondent besoin de sperme en bouche comme de l’eau, mais je préferre les fellations à deux ou trois, la première fois j’avais à peine 10 ans et j’en ai avallé depuis des petites, moyennes et grosses bien juteuses, surtout quand je faisais mon service dans la coopération au Sénégal en 73 ,je ne me suis pas privé, ni de me faire tirer en tournante les jours de congé au club med, c’était gratuit et abondent et même parfois rétribué, il m’est arrivé un W-E de me faire passer dessus par plus d’une vingtaine  d’amants en manque de baise, j’en avais mal à la gorge et peinais à marcher deux jours aprés, mais j’ai toujours aimé ça.


Marc a écrit le 28 mars 2010 à 20:34 :

ralphy

Moi aussi j’ai découvert la souplesse de mon propre anus, ces pemiers centimètre ou la douleur se mélange avec le plaisir de la dilatation, depuis le premier objet qui y est entré, je me suis garnie de jouet jusqu’à mon dernier qui est immense s’y glisse n toute circonstance et contenus


boucher a écrit le 2 juin 2010 à 23:05 :

ralphy

jai pratiquer cette sodomie il un an et depuis je vois des homme bi et je suis heureux,malgres que jai une amie.que cest bon,dans lanus,goutez messieurs,hummmmmmmm.


ralphy a écrit le 3 juin 2010 à 21:13 :

ralphy

boucher : Je noterai que ce n’est pas parce qu’on aime les rapports anaux que l’on est nécessairement bi, ce que tu sembles être. Par ailleurs, j’imagine qu’on peut être bi-sexuel sans tromper son amie…


didier a écrit le 10 juillet 2010 à 17:30 :

ralphy

pratique la sodomie depuis plusieurs années avec des mecs ou seul avec des grosses carottes je suis bien éclater le plaisirs est immense


De passage a écrit le 10 août 2010 à 2:43 :

ralphy

Très beau témoignage, très bien écrit, rien à redire là dessus. Par contre, je voulais juste préciser, pour les gens qui comme moi, sont de passage, qui ne suivent pas le blog, mais qui dévorent les commentaires (comme je le fais) qu’il ne faut pas suivre le conseil du ‘concombre’ (pas pour une première fois!!!) si vous voulez rester dans la gamme ‘légumes’ préférez les carottes… Mais après, investir dans des ‘sex toys’ prévu à cet usage… C’est mieux. (l’envoi est discret, et au pire… Il pourra toujours resservir pour les jeux avec madame). Enfin voila… Je voulais juste appuyer sur ce point. Car ça m’a fait mal d’imaginer un concombre pour la première fois. Et pour les conseils pratiques… Ne pas avoir honte de consulter des sites internet dit de ‘femmes’ ou de ‘gays’, ils savent de quoi ils parlent. Mais dans tout les cas, commencer en douceur (les ‘objets’ trop gros pour la première fois: ça peut être dangereux et traumatisant, et faire passer à côté du vrai bonheur…)


ralphy a écrit le 14 août 2010 à 14:53 :

ralphy

@De passage : Merci de nous rappeler que sous prétexte de lire un anonyme sur Internet prétendre se sodomiser avec un lampadaire n’implique pas qu’il faille commencer par là. Il y va d’un problème de santé publique qu’il était indispensable d’évoquer ici, question de prévention. Sait-on jamais, on n’est jamais trop prudent !


Max a écrit le 25 janvier 2011 à 19:30 :

ralphy

Je trouve ca dingue qu’un mec puisses faire ca avec son anus… Un mec a pas un anus pour se mettre des choses dedan, deg ! l’anus d’un mec c’est po fait pr ça déja et un homme avec des couilles ne laissera jamais rien s’approcher de son trou du cul ou alors c’est pas un vrai mec koi !


Eric a écrit le 27 avril 2011 à 13:00 :

ralphy

bravo pour tous ces témoignages. je tiens à préciser certaines choses aux yeux de certains d’entre vous. Si ça vous rassure messieurs, je suis gay et mon compagnon n’aime pas la sodomie, du moins, pas autant que moi. Lui préfère être actif, le les caresses et les pressions sur le périnée l’aide à jouir. C’est bien la preuve qu’on peut être hétéro et aimer jouer avec son anus et sa prostate, ou homo et préférer une utilisation à petites doses.
Tous les goûts sont dans la nature et tout le monde semble unique à ce niveau là aussi.


Renard a écrit le 11 juillet 2011 à 12:26 :

ralphy

Le plus marrant dans ce supposé témoignage, c’est que l’auteur est manifestement une femme: y’a qu’à regarder le style d’écriture hyper féminin… faudra m’expliquer comment vous faites pour ne voir ça!


Réagir à cet article

Tchat

Discutez en direct sur ce tchat gratuit où vous pouvez vous exprimer à loisirs, dans un français correct, dans le respect des autres et des lois en vigueur.

Vocabulaire

Les définitions suivantes vous aideront à mieux comprendre l'article ci-contre :

Blog : Un blog est un mot-valise contractant les mots anglophones web et log. Blog définit un site web de type journal sur Internet.

Préservatif : Le préservatif est un mince étui en latex dont on enveloppe le pénis en érection avant le coït.

Pénis : Le pénis est le sexe de l'homme, formé d'un gland, d'un prépuce, d'une verge et de bourses où se trouvent les testicules.

Sexe : Le sexe désigne l'appareil reproducteur (pénis, vulve) ; qualifie le genre sexuel (mâle, femelle) ; se réfère à la sexualité en général.

Abonnement

Ne ratez plus aucun article de Les perles du chat en vous abonnant gratuitement aux flux d'information du site :

Articles (flux RSS)

Commentaires (flux RSS)

De plus, vous pouvez suivre l'actualité de Les perles du chat en temps-réel sur Twitter.

Par ailleurs, vous pouvez discuter en temps-réel sur le tchat gratuit de Les perles du chat avec les autres visiteurs du site.

  • Catégories

  • © 2004-2017 Les perles du chat • Tous droits réservés • Informations légalesConfidentialitéGlossaire du tchat