Un blog sexo politico correcto

Un monde hypocrite

La lecture de l’article La vie sexuelle sur les campus du blog le plaisir solo des filles m’a interpelée :

Il m’embrasse sur le front, me dit que je suis très jolie, demande si il peut me revoir.. Je lui donne mon numéro sur un bout de papier. Pourquoi est-ce que j’intervertis délibérément deux des chiffres ?

Cette petite réflexion résonne dans ma tête comme un écho. Des souvenirs lointains remontent à la surface…

La lecture de l’article La vie sexuelle sur les campus du blog le plaisir solo des filles m’a interpelée :

Il m’embrasse sur le front, me dit que je suis très jolie, demande si il peut me revoir.. Je lui donne mon numéro sur un bout de papier. Pourquoi est-ce que j’intervertis délibérément deux des chiffres ?

Cette petite réflexion résonne dans ma tête comme un écho. Des souvenirs lointains remontent à la surface…

Une conversation téléphonique hypocrite ?Le téléphone sonne. Il resonne. Je suis tout seul dans la demeure familiale, aussi, je me résouds à répondre. Un jeune homme s’annonce. Il hésite. Il me demande s’il est chez ma soeur. Oui, il y est. Elle est absente. C’est son frère à l’appareil. Je lui propose de prendre un message. Il m’explique qu’il a rencontré ma frangine deux jours plus tôt dans un bar. Soit. Pourquoi pas. Le bonhomme m’expliquant qu’il avait passé une très bonne soirée. Tant mieux. Elle lui a laissé son numéro sur un bout de papier. Oui. Ce sont des choses qui se font, jusque-là, rien d’anormal. Mais… ma soeur se serait trompée de numéro. Ah ? Le type a donc fait toutes les combinaisons possibles du numéro qu’elle lui avait filé avant de tomber finalement sur le bon…

Plus tard, je fais mon rapport à ma frangine. « Oh, merde ! Le pénible… » En fait, ma charmante soeur a fait exprès d’intervertir des chiffres. Il a dû appeler au moins une dizaine de numéros différents avant de trouver le bon. Soit. Elle va le rappeler.

J’ignore ce qu’il en était advenu par la suite.

Mais une question me turlupine : tout le monde a déjà fait ça, d’intervertir délibérément son numéro de téléphone au lieu de dire clairement que ça n’irait pas plus loin ?

Récemment, j’ai entendu qu’un opérateur téléphonique proposait à leurs clients de les rappeler sur leur téléphone portable à une heure donnée. En effet, une étude menée par l’opérateur aurait dévoilé que 40 % des gens demandent à leurs amis de les appeler vers le début de leur premier rendez-vous galant afin de s’en servir comme prétexte pour… régler quelque chose de très important, en urgence, un truc totalement imprévisible qui ne peut être reporté, dans le cas où la personne d’en face ne répondait pas à ses goûts…

Un aéroportIl y a un an, j’avais sympatisé sur Internet : chat, e-mails, SMS, photos, webcam… Et puis elle s’est proposée de me rendre une petite visite, un long week-end en charmante compagnie. Elle a ainsi traversé la France en avion pour la joie de me retrouver. Ce week-end là se devait amical, voire plus si affinités.

Je n’avais pas très bien compris, durant ces trois jours, pourquoi cette jeune femme me fuyait, m’évitait, allant jusqu’à détourner le regard les rares fois où elle m’avait adressé la parole, préférant rester toute la journée sur le chat, collée à l’ordinateur. Elle a ainsi passé tout le week-end à éviter les situations où nous nous serions retrouvés l’un avec l’autre ; elle a fuit toutes les possibilités de discussion, refusé en bloc quasiment toutes mes propositions de sorties, comme visiter la ville, manger au restaurant…

Le lundi matin, la raccompagnant en taxi à l’aéroport, j’ai craqué. J’ai profité du premier feu rouge pour m’échapper de cette atmosphère pesante, lui laissant de quoi régler la course.

En fin de matinée, je la croise sur le chat où nous nous étions rencontrés. Muette sur son week-end lyonnais, elle vantait dans une conversation publique quelconque sa franchise, s’affichant comme une personne directe. J’ai explosé : elle franche ? elle directe ? Mais que s’était-il donc passé ce week-end ?! D’abord fâchée que je lui fasse une scène en public, elle finit par m’expliquer : au premier regard à l’aéroport, elle savait que rien ne se passerait entre nous. Finalement, je ne lui plaisais pas physiquement.

Dites, nous vivons dans un monde bien hypocrite, non ?

Crédit photo : jynmeyer • garytamin


Réactions des lecteurs

Il y a 6 réactions pour l'article Un monde hypocrite.

cacahuète a écrit le 27 juin 2005 à 10:48 :

ralphy

hypocrite, oui… quelque part. Je ne le serais cependant pas au point de laisser quelqu’un poireauter trois jours sans lui adresser la parole, ou presque.
Suffit de mettre les choses au point et ensuite de se mettre d’accord pour passer le week end en toute amitié.

Bref… c’est mon opinion sur la question et cela n’engage que moi .


angélique a écrit le 27 juin 2005 à 11:05 :

ralphy

Ah oui je pense comme toi cacahuète! elle etait pas obligée de faire la tete!! juste te dire qu’elle veut rester ami. En plus elle t’avait vu en photo, et juste après un simple regard elle savait, elle n’a meme pas essayé de te connaitre de retrouver le personnage qu’elle aimait sur le net.
Je ne pense pas etre hypocrite, d’ailleurs je n’ai jamais donné un faux numero de telephonne, c’est horrible de faire un truc comme ça.

Je me mets souvent à la place de l’autre


Matteo a écrit le 27 juin 2005 à 11:31 :

ralphy

tu as eu du courage de tenir 3 jours avec cette ambiance :-S je crois que j’aurais provoqué le « clash » bien avant..


ralphy a écrit le 27 juin 2005 à 16:56 :

ralphy

Je ne peux pas prétendre qu’elle ne m’ait pas adressé la parole, mais bon… avec des « conversations » vides, distantes, un regard fuyant… C’est difficile de supporter une personne qui regarde systématiquement à la perpendiculaire de votre direction quand elle vous parle, du moins dès qu’elle en a l’occasion.

C’est très difficile à supporter d’accueillir un invité chez soi qui nous rejette aussi sournoisement… Le pire est sans doute de ne pas comprendre ce qui se passe, de se demander ce qu’on avait fait de mal.


angélique a écrit le 27 juin 2005 à 19:30 :

ralphy

et depuis vous avez continué à vous parlez?


ralphy a écrit le 27 juin 2005 à 21:13 :

ralphy

angélique, non, nous ne nous sommes plus beaucoup parlés depuis, préférant nous ignorer l’un l’autre, après une « explication » plutôt sèche.

Je ne suis pas très fan de prolonger des rapports — quels qu’ils soient — avec des personnes qui m’ont déçues. Généralement, je coupe tous les ponts. À quoi bon faire durer une relation qui s’était déjà avérée décevante ?


Réagir à cet article

Tchat

Discutez en direct sur ce tchat gratuit où vous pouvez vous exprimer à loisirs, dans un français correct, dans le respect des autres et des lois en vigueur.

Abonnement

Ne ratez plus aucun article de Les perles du chat en vous abonnant gratuitement aux flux d'information du site :

Articles (flux RSS)

Commentaires (flux RSS)

De plus, vous pouvez suivre l'actualité de Les perles du chat en temps-réel sur Twitter.

Par ailleurs, vous pouvez discuter en temps-réel sur le tchat gratuit de Les perles du chat avec les autres visiteurs du site.

  • Catégories

  • © 2004-2019 Les perles du chat • Tous droits réservés • Informations légalesConfidentialitéGlossaire du tchat